Derniers sujets
» Explication des pouvoir : Le Nen
20.04.18 0:48 par Hunter

» Contexte
14.04.18 1:38 par Hunter

» Eldy Mayora, Hunter de Richesse~ <3
08.04.18 17:52 par Eldy Mayora

» Musique!
13.02.16 10:33 par Siegfried Ase

» Sondage Music!
24.12.15 17:25 par Eldy Mayora

» En avant la Musique!
08.10.15 21:17 par Lamire Kamiko

» Modèle de Fiche
06.09.14 21:17 par Hunter

» Notre Fiche & Logo
29.08.14 19:16 par Hunter

» Modèle de Fiche
25.08.14 3:50 par Hunter

» Les Règles d'Or
17.08.14 20:42 par Hunter

Les posteurs les plus actifs du mois
Hunter
 
Eldy Mayora
 


Eldy Mayora, Hunter de Richesse~ <3

Aller en bas

Eldy Mayora, Hunter de Richesse~ <3

Message par Eldy Mayora le 08.04.18 17:52


Les infos.


Nom : Mayora Prénom : Eldy
Age : 24
Groupe: Hunter Professionelle (1 Étoile)
Orientation sexuelle : Pansexuelle! *Sort* Bibi est bi
Avatar : Taokaka de Blazblue
Rang Personnel : [À voir]

Physique.


Taille :165 cm
Poids : 42 kg
Distinction/s : Porte une robe courte à capuchon et oreille. Lorsqu'elle met son capuchon, elle téléporte la lumière à l'intérieur, rendant son visage obscurcit dans un noir complet. Sinon, elle à plusieurs cicatrices ici et là, dûes à son enfance. Et non, ce n'est pas une hybride chat.



   
Mentale.



  • Légèrement pessimiste
  • Ne prend pas l’alcool très bien mais en boit en quantité si occasion (Saoul = coté débile et ++ sans gène)
  • Avide et proche de son argent
  • Moqueuse et sarcastique
  • Protectrice envers ses biens, et rare proches
  • Tournant pervers si occasion présentée
  • Rebelle envers la loi
  • Remord facile, mais se cache la réalité au besoin, pour ses nombreux travaux « illégaux »
  • Capable de bien des choses « inhumaines » pour pouvoir avoir de l’argent
  • Confiance donnée très difficilement et ‘brise’ la confiance des gens qu’elle ne fait pas confiance elle-même
  • Facile d’approche et sociable néanmoins
  • Pas vraiment de gêne, peut se promener nue sans problème.



Histoire.


Edly eut une vie tout à fait banale même à ce jour. Hm? Jouer? Avoir l’amour de ses parents? Des amis? Une éducation sans problème? On a pas du tout les mêmes normes je crois… Bon, laissez-moi vous la compter alors.

Toute jeune déjà, ses parents avaient des problèmes divers. Déjà, son père était un criminel notable, mais rien de ultimement recherché. Le problème est qu’il était tellement mauvais qu’il finissait souvent en prison, où il prit de drôles goûts de vie. Sa mère quant à elle était d’une famille de riches, qui était trop stricte avec elle et ne l’aidait pas financièrement pour la raison que c’était une « batarde » née d’un «vrai» amour. Donc la petite Eldy n’a que très peu connu son père, et avait comme image de lui une espèce de super héros. Puisque les rares fois où il faisait ça correctement, il rapportait de l’argent et autres trucs. Sa mère quant à elle, répétait le cycle, et était d’une sévérité déconcertante. Les fessées et punitions n’étaient pas rares pour la moindre imperfection de la jeune enfant, et étant jeune, les imperfections, il y en a quelques uns. Donc c"est sans père et à coups « d’amours » que la petite fut élevée. Et on ne parle pas que, de ce fait, sa mère ne travaillait que pour des poignées de cacahouètes comme paie, comme personne ne voulait d’elle dans cette ville. Niveau scolarité, Eldy ne put aller à l’école que sept ans de sa vie, après, plus assez de sous. Ce fut encore un miracle qu’elle y reste aussi longtemps avant que sa mère ne décide de ne plus faire « trop » de coupures dans les dépenses pour pouvoir payer l’école. Sa relation avec les autres enfants n’était pas non plus des plus amicales, après tout, on finit par savoir qu’elle était fille d’un criminel, s’ajoutant le fait qu’elle était l’enfant d’une enfant non « désiré ». Une belle et grosse excuse pour les parents de laisser leur enfant faire des vacheries à la pauvre petite Eldy, qui elle n’avait rien demandé, si ce n’est que pouvoir jouer avec eux.

Ce fut donc dans un léger soulagement qu’elle apprit qu’elle n’irait plus à l’école, mais que ferait-elle alors? Eh bien elle ne fit pas rien comme tout enfant bien longtemps. Comme la mère tentait de vivre dans un certain luxe, mauvaise « habitude » de riche peut-être, ils leur manquaient souvent de l’argent, et celle qui en était vraiment privée, était la petite bien sûr. Après tout, sa mère n’aurait pas a se priver « autant » si elle n’avait pas eu cette fille. Donc des remarques froides et cruelles commencèrent à se faire entendre sur ce fait, puis plus de coups de temps en temps. L’absence du père se fit de plus en plus ressentir par la fragile Eldy, s’ajoutant à cela le manque d’amour parental plus fragrant de jour en jour.
Sa mère finit par la « forcer » à travailler à douze ans. Elle fit des travaux manuels au départ, comme ramasser des roches dans des mines, ou d'apporter des matériaux sur un sentier, ce genre de choses bien physique dont on se demande pourquoi des enfants le font et où la sévérité et les conditions de travail sont juste un peu plus pires que celles quand elle est à la maison avec sa mère. Mais au moins, elle était entourée de gens de son âge et dans la même situation pas vrai? Oui, dans une certaine mesure, mais comme la plupart de ce genre de travaux sont dcommandés par les gens riches, et que sa mère est de lignée tout de même, les gens décidèrent de la blâmer tout de même. Rejetée et mal menée car elle est d’une famille de riches ou parce que sa mère n’est pas considérée comme de cette famille, toutes raisons étaient bonne pour ces gens-là pour passer leur sale envie sur la petite enfant sans défense.

Après un certain âge, les enfants sont moins utiles manuellement, ils sont plus assez petit pour entasser ou passer dans les endroits étroits et dangereux. Dans ce cas-là, il faut leur trouver une autre utilité. Pour les garçons, c’est souvent des travaux plus physiques, pour les filles, certaines vont et font des choses qu’on croirait plus faites pour des adultes. Sa douce et gentille mère l’engagea donc dans un bar, où au départ elle faisait les tâches ménagères simplement. Puis les gens posèrent des questions, faisaient des commentaires. Peu de temps après elle faisait aussi serveuse. Les compliments de certains la faisait se sentir un peu mieux. Après tout, elle avait si rarement de compliments, même si pour certains elle ne savait pas trop quoi en penser, ou ne les comprenait même pas encore. Sans parler de l’attention qu’elle avait maintenant, même si certaine la mettait mal à l’aise, c’était plus agréable qu’à la maison pour Eldy. Sauf que certain finirent vite à être trop envahissants et proposer de drôles de trucs… Elle finit dans le sous-sol de la bâtisse pour servir « autrement » les clients. C’est bien là que sa vie prit un tournant encore plus horrible. Je vous épargnerai les détails spécifiques à ce passage, si ça vous intéresse aller oser lui demander en personne… Si elle ferme les yeux avant de répondre, je vous conseille de dégager.

C’est dans une nuit où elle tremblotait dans son nouveau lit (car oui, elle finit par « habiter » dans l’établissement du bar avec le propriétaire), à trembler de dégout et de peur, à pleurer une énième fois toutes les larmes que son frêle corps pouvait produire et même plus, que son contrôle sur le Nen se manifesta d’un coup. Recroquevillée dans un coin, yeux fermés et tremblante, au beau milieu de la nuit, elle disparut simplement de sa chambre. « Poof! » Sans test ou examen, son seul désir grandissant de vouloir fuir le plus loin possible de tout suffit pour un court moment à ce qu’elle développe son Nen, en plus du comment elle l’utilisera.
Son Nen s’avéra être de type de Manipulation, avec une touche de « Spécialisation » qui lui permettait de contrôler les atomes même d’un corps entier, et de les déplacer plus loin selon la concentration mise. Ce que j’essais de dire, c’est qu’elle est capable de téléporter les choses! Cependant, pour une première fois, ce n’était pas un atterrissage en douceur : un peu trop en hauteur et dans le beau milieu d’une forêt. Un bon dix mètre au dessus des arbres, elle tomba bien évidemment, surprise de ce qui s’était passé, puis après réalisation, elle cria de peur. Eldy se fracassa sur plusieurs branches avant de tomber rudement au sol. Elle s'était brisée l’avant bras gauche, foulé les deux chevilles et avait plusieurs écorchures douloureuses dût aux branches. Mais malgré cela, elle souriait pour la première fois depuis un très long moment. Elle avait maintenant dix-huit ans et quelque, et était enfin libre, seule et laissée à elle-même. Mais libre avant tout.

Cependant même libre, Eldy était prisonnières de ses blessures et ne pouvait pas bien bouger. La forêt n’était pas très rassurante en elle-même, et de nombreuses créatures dangereuses y rodaient, mais elle prit sur elle-même et se reposa un petit peu, et tenta le tout pour le tout, en se faisant des atèles de fortune avec les branches qu’elle avait cassé dans sa chute. Néanmoins, des bruits de mouvement et de créatures ici et là la faisait un peu paniquer de plus en plus. La pauvre jeune adulte n'attendit pas  longtemps avant de se lever, sans attendre de guérir et s’aventura dans la forêt sans savoir par où aller. Après quelques jours miraculeux à être toujours vivante, mangeant fruits et plantes de la région, elle tomba sur un petit trou par malheur, et écrasa quelque chose avec son talon. S’en suivi un petit miaulement assez aigu. Sous elle se trouvait une espèce de félin tout mignon, sans doute un enfant. Le cri de l’animal l’ayant fait sursauter, elle tomba par terre sur les fesses, et se retourna pour voir la créature. La trouvant mignonne comme tout, elle se risqua à la caresser, sans perdre son bras. Le petite se laissa faire, et même en demanda un peu plus, puis les autres se montrèrent et firent de même. La demoiselle Mayora était entourée par une douzaine de petits félins adorables, à jouer et à caresser.
Cependant, le cri de l’enfant avait alerté non ses parents, mes des prédateurs. Une espèce d’horrible rat géant sur deux pattes avec un champignon sur la tête se montra, avec la ferme intention d’avoir un repas. Les bébés se hissèrent sur leurs petites pattes, et voulant les défendre, Eldy se leva également, se mettant devant eux en tremblant un peu sur ses jambes, effrayée. Elle sortit un briquet de son pantalon pour l’allumer puis criant des « chou » à la créature dans l’espoir qu’il ait peur du feu.

Ceci-dit, cela n’a pas tourné comme on le lui avait dit en parlant de créatures sauvages, et l’animal qui la fixait finit par lui sauter dessus, alors qu’il faisait presque la même grosseur qu’elle. Eldy se prit un bon coup de griffe à la tête, puis sonnée, se fit morde violemment la jambe droite, laissant échapper en cri de douleur presque aussi aigu que les pleurs des bébés félins. Un fois immobilisé, le rat champignon géant truc s’assura de bien morde la jambe à nouveau pour se mettre sur elle de manière « fier », montrant bien les dent avant d’ouvrir la bouche et devenir prendre une bouchée de ses côtes droites. Mais avant qu’il puisse poser les dents sur sa peau légèrement bronzée, une ombre gigantesque le prit dans son élan et le plaqua au sol avant de lui arracher la tête d’un grand coup de mâchoire, suivie lentement par une silhouette semblable. Devant la jeune femme se trouvait sans doute les parents des petits. Des chats géants de 3 mètres avec le pelage tigré, et une manne bien touffue comme un lion. C’étaient des Chat-tigre-lion! Ils avaient une apparence inoffensive et mignonne comme des chats de maison, mais ces félins sont de redoutables prédateurs féroces et territoriales. Après s’être avoir assuré de la mort du rat, le mâle tourna vite la tête vers le second intrus dans leur nid. Pensant être « sauvée » et récompensée pour avoir prit soin des petits, Eldy ne pouvait s’empêcher de trembler de peur en réprimant un peu sa douleur grave. C’est là que ce grand félin lui sauta dessus et donna un grand coup de patte bien griffu sur les côtes pour la dégager de la place, remontant presque tout le trou avant de redescendre, force des choses, il n’allait pas lui dire merci.

Pissant encore plus le sang maintenant, elle gémissait de douleur encore plus en se tortillant. Se fut autour de la mère de s’approcher de l’humaine qui envahissait leur nid. Ça y est? Comme ça? Elle mourra tout de suite après avoir échappé à son calvaire? Était-ce un signe du destin, qu’elle était condamnée à être pauvre et devoir travailler pour les autres comme une arrache-pied pour avoir un semblant de vie? Dans tous les cas, la mort était la meilleure perspective. Alors elle ferma les yeux, presque résolue à mourir, après tout, elle n’as pas vraiment connu la vie, donc ne sait pas ce qu’elle peut manquer de bien. «Aller achève-moi, j’ai un mal de taré…» Lâcha-t-elle doucement pour elle-même, en attendant, trop longtemps, avant d’entendre des petits miaulements près d’elle. Oui, les petits s’était mit devant Eldy, dont un lui lapait les blessures, et fixait leur mère. Ce qu’il se disait était évidemment un mystère pour la petite humaine qu’elle était, mais on pouvait aisément penser que c’était au moins pour ne pas qu’elle assène le coup de grâce, en attendant, elle continuait tout de même a souffrir… La mère, après quelques secondes, s’approcha d’Eldy malgré le « barrage » de ses petits, puis ouvrit la gueule en se dirigeant vers la petite. Non, elle ne lui bouffa pas la tête mais la prit par le collet de ses vêtement, en piteuse état d’ailleurs, comme on ne la gâtait pas niveau vêtement non plus, puis l’amena un peu plus loin. Le mâle partit du nid, et revint non longtemps après avec des herbes diverses, et aussi étonnant que cela était, les deux parents, aidés de leurs petits pour pouvoir bien faire sur le petit corps de cette jeune adulte, appliquaient des soins de fortune avec les plantes, et beaucoup de salive.

Un temps passa, Eldy était restée avec eux un moment, le temps qu’elle se remette sur pied. Quand les parents jugèrent qu’elle était apte à se débrouiller seule, ils attendirent environ deux semaines avant de la pousser « gentiment » hors du nid. Les quelques mois que miss Mayora eu été en leur compagnie l’avait changée. Elle était plus joyeuse et téméraire, puis surtout, autonome et expressive. En même temps, entre eux, et une mère qui ne s’occupe d’elle que pour la frapper et/ou l’insulter, ce n’est pas un miracle même si elle était entourer par des animaux. Cependant, elle avait des marques renforcées par son séjour : la peur de l’être humain et la méfiance envers sa propre espèce était bien encrée en elle. De cette peur, la décision était simple, Eldy allait rester encore un moment à vivre dans la nature par elle-même. Elle avait beaucoup apprit en jouant et observant ses amis félins. A « participer » aux chasses, elle était devenue plus agile et à l’affut de son entourage. Son ouïe s’était développée ainsi que ses réflexes, et même son allure et sa posture était ce qu’on qualifierait de « félin », lui donnant un air plutôt charmeur et envoutante. C’est donc dans cette forêt qu’elle resta un temps, ce n’est pas comme si elle avait perdu son humanité ou autre: elle avait quand même été « élevée », si on veut, pendant les dix-huit premières années de sa vie par des humains, alors tout ça ne c’était pas effacé en quelques mois. Environ un an et demi depuis qu’elle était devenue libre, la petite féline sauvage décida d’embarquer dans un bateau, en y réfléchissant avant, bien trop peur qu’on la prenne sur le coup et ce qu’on pourrait lui faire. Elle put constater que ce n’est pas tous les humains qui sont sales et connards, mais n’avait quand même pas confiance, au point de très mal dormir la nuit. Elle débarqua sur une île non sans civilisation, mais resta encore une fois dans la nature un bon moment.

La jeune Eldy « sauvage » commençait à faire de plus en plus de « voyages » ici et là, explorant la nature un peu partout, ça l’excitait, toujours un nouvelle environnement, toujours devoir s’adapter, l’amusement de découverte, elle adorait. À force de vivre si près de la nature comme les autres animaux, elle développait ses sens de plus en plus au fil du temps. Puis des techniques un peu plus essentielles: cacher sa présence, repérer les cibles facilement, sentir le danger; tout ce genre de choses importantes pour un prédateur. Mais non seulement elle développait ses sens, mais débutait le développement de son Nen en prime. Utilisant sans le savoir le Zatsu pour se rendre imperceptible, le Gyo pour avoir une meilleure vision, ce genre de petits détails qu’elle acquit dans son moment de liberté mais dont elle n’avait aucune idée que c’était des techniques de Nen ou autre. Elle était juste un prédateur expérimenté qui chassait pour manger, et dans certaines îles, ces techniques étaient plus que nécessaire si elle voulait simplement chasser la plus faible des proies. Il y avait aussi l’ennui de socialiser et la curiosité qui commençait à montrer des signes sur la demoiselle alors qu’elle observait certains des chasseurs des régions, et les randonneurs même. Elle commençait, lentement, à aller un peu voir en ville. Cependant, toujours humaine et consciente, elle savait bien que se promener à poil en ville le ferrait pas. Bah oui, vous vous attendez que ses vêtement durent aussi longtemps sans se déchirer alors qu’elle rampe, se bat, et explore des buissons et autres régions étroites? Puis se faire des vêtements en feuille… pourquoi faire, pour cacher à qui? C’est surement de là que son manque flagrant de gêne vient en faite.

C’est donc en ramassant ici et là des vêtements jetés, à en voler des morceaux par-ci par-là, sans compter se faire pourchasser car certains la prenait en délit. Sauf qu’attraper une demoiselle aussi agile sur patte et capable d’effacer sa présence pour se cacher, ce n’est pas tous les marchands du coin qui sont capables de tels exploits. Donc, c’est au début tout mal habillée qu’elle se promenait de temps en temps en ville, la curiosité prenait le dessus de sa peur de l’humain, et elle put se rendre compte avec soulagement que ce n’était pas tout les êtres humains qui était aussi sales que ce qu’elle avait vu plus jeune. L’homme est un animal si différents entre eux, c’était un peu fatiguant de traquer toutes ses différences et conséquences que cela peut amener pour Eldy. La dem’zelle prit également un certain gout pour l’alcool dans ses expéditions. A force de trainer ici et là, elle traina dans certains bars, dont un en particulier, où une musicienne en était la gérante. L’argent qu’elle avait? Ho, mais elle ne payait pas, la plupart des fois on lui offrait un verre, elle en profitait, puis finit par comprendre que son corps l’avantageait sur certaines personnes. Elle ne s’y gênait pas plus que être nue dans la nature ou en ville la gênerait. Eldy commençait même à se faire quelques amis, ce qui la rendait plus sédentaire, au lieu d’aller sur une autre île comme elle faisait de temps en temps. Sa vie était plus que respectable, elle s’occupait de la majorité de ses besoins essentiels dans la nature, et trainait et s’amusait avec d’autres personnes en ville. On peut assumer qu’elle était dans un état où elle était heureuse de sa vie.

Cependant même bien entourée certaines choses arrivent. Un de ses amis de la nature finit par être malade, et blessé. Mais humaine et intelligente qu’Eldy est, elle savait que l’homme avait les outils pour se genre de choses! Malheureusement, pour quelqu’un sans argent ni travail, ce n’était pas trop accessible. L’opération coutait un bras, juste s’occuper d’une telle créature élevait le prix, et sans compter les séances tests pour voir ce que le pauvre avait attrapé comme maladie… « L’argent, l’argent encore l’argent et toujours l’argent.» Pourquoi l’homme a autant besoin d’argent? Pourquoi tout tourne autour de l’argent alors qu’il y a une vie en jeu? Cela ressassait de mauvais souvenirs de son enfance en même temps de l’enrager, de voir que personne ne voulait rien faire gratuitement pour le bien d’autrui. Elle fit donc les premiers pas, non en travaillant, ô non, elle n’aurait jamais un boulot qui la paierait aussi bien en si peu de temps. Elle emprunta. D’abord a ses amis, mais ce n’était pas grand choses malheureusement, et ils ne voulaient pas lui en donner trop non plus, logique après tout. Puis à des inconnus, puis à des personne de plus en plus louches et « underground » et ce, sans que la demoiselle sache que ce n’était pas forcément une bonne idée d’emprunter dans ces eaux-là. Au final, elle put payer un vétérinaire spécialisé qui accepta de gérer le cas de la bête sauvage, ainsi que pour les chirurgies et analyses de maladie. Sauf que les analyses trouvèrent quelque choses de mortel, et très couteux à soigner. N’ayant plus un sou, la bête ce fit euthanasier, pas question de le relancer dans la nature pour que d’autre animaux attrapent ce virus.

Abattue et endettée jusqu’au cou, elle fut poursuivie par la pègre et autres organisations louches, ainsi que par les autres personnes à qui elle avait emprunté. Ceux qui était trop insistant pour leur million de million, car oui, c’était cher, elle tua quelques uns des représentant lorsqu’il parlait du ‘flop’ de sa chance sur le sauvetage de son ami. D’un rapide mouvement elle leur trancha la gorge ou se retrouvait sur leur tête, afin de leur caser la cou d’un mouvement sec. Eldy, n’était pas du tout d’humeur à ce qu’on lui rappelle qu’elle devait de l’argent, alors n’ajoutez pas qu’elle n’a même pas emprunté assez pour sauver son ami! Animal peut-être, mais elle était bien plus proche de ceux-ci que des humains avares et dégoutants. Sa répulsion pour son espèce était particulièrement haute dans cette période. Du coup, maintenant elle était encore plus recherchée, mais comme personne ne voulait avoir de problème avec une endettée jusqu’au cou, personne ne l’aidait ni lui donnait de nourriture. Et traquée comme elle était, elle n’avait plus beaucoup de temps même en se cachant en forêt, sans parler que son moral et sa rage l’empêchait de bien chasser. La santé de notre Eldy diminuait donc lentement, elle mangeait moins et moins bien, et était épuisée de courir ici et là pour ne pas se faire attraper et « utilisée» encore une fois dans sa vie. Par contre, elle se blessait de plus en plus à cause de ses courses poursuites, mais aussi à cause de ses poursuivants. Elle était recherchée pour l’énorme montant emprunté et les gens concernés était plus que têtus a retrouvé leur ‘blé’ d’une façon ou d’une autre avec cette jeune demoiselle pleine d’énergie…

Heureusement, la vie n’est pas qu’un train uniforme de wagon remplie de merde. Un jour alors qu’elle fuyait à travers les ruelles, fatiguée et sur le point de ne plus pouvoir continuer à se faufiler autant, on l’attrapa par le col et la tira vite fait à l’intérieur d’une des bâtisses. Trop épuisée pour crier de surprise, et trop surprise pour réagir, elle se fit donc « lancer » rapidement sur une chaise pour ensuite se faire présenter un index, signe de se taire, ce qu’elle fit… Puis, le choc passé, elle reconnu la demoiselle. C’était la gérante du bar où elle trainait un peu plus. Après un moment de silence, cette dame lui déclara qu’elle devrait sans doute rester ici pour un moment, le temps que les choses se ‘calment’. Ce fut une surprise pour Eldy, elle ne s’attendait pas à être aider ou quoi que se soit, au départ elle était septique. Cependant, un peu plus tard dans la journée, alors que son ventre fit un carnage pas possible comme grondement, cette barwoman vin lui offrir à manger. Un repas, devant elle, offert et gratuit, chaud et qui sentait bon, de la part de cette dame. Ce fut peu, mais bien assez : avec les événements dans sa vie où peu s’intéressait vraiment à elle, où personne ne l’aidait vraiment de bon cœur et dans un moment où elle en avait besoin, ce simple geste de bonté fut assez pour la faire tomber d’intérêt pour cette personne. Amour? C’était trop tôt pour le dire, Eldy était quand même un peu répugnée pour l’être humain encore, mais cette « Eileen », c’était quelque chose d’autre. Eldy s’ouvrit donc un peu plus à cette jolie jeune femme, plus de ce qu’elle avait put observer en tant que Barwoman sur les agissements d’une cliente, et accepta même avec aise alors qu’elle lui proposa de travailler comme serveuse pour elle un moment, pour avoir de l’argent, mais étonnamment, pas pour la rembourser elle. Ça ne faisait qu’augmenter son intérêt pour elle, et fini par « accepter » que c’était bel et bien de l’amour qu’elle éprouvait. Les belles choses dans tout ça, c’est que oui, pas si longtemps après, ce fut aussi le tour de Eileen d’être amoureuse. Celle qui fit le premier pas? Eldy, avec son non gêne, ne fut pas longue.

De ce sentiment partagé s’en suivis l’enseignement du Nen, car oui, cette demoiselle était connaisseuse dans ce domaine. Ceci commença quand Eldy se souvint que l’Argent faisait tout, et surtout, pouvait protéger et guérir, et comme elle ne voulait pas que Eileen meurt comme son ami Chat-tigre-lion a cause d’un manque bête d’argent… Alors Eldy lui demanda si elle connaissait un moyen sûr d’avoir de l’argent. Quoi de mieux que d’être un Hunter! Eileen lui promit de l’aider à devenir une bonne Hunter, si elle passait le « premier » test. C’est donc avec impatience que Eldy attendait le jour où l’examen des Hunter allait arriver! Elle n’eu pas trop de trouble pour se rendre au port de Dollé, étant habituée aux traversées en bateau mouvementé et ayant eu un peu de chance qu’il n’est eu aucune méga tempête dans son chemin. Elle se faisait assez bien remarquée par certains avec sa démarche, mais aussi par son caractère abrupt. Heureusement on ne l’embêta pas vraiment lors du trajet, du fait qu’elle dégageait une forte aura de dédain envers tout les autres passagers, et restait la plupart du temps sur le mat d’observation pour avoir la paix, et profiter de la vue, après tout, elle détestait les humains. C’est donc enthousiaste de partir à l’aventure, simplement pour passer un test pour avoir un « boulot » qui devrait lui rapporter pas mal, et d’être testée, l’idée lui plaisait assez, puis elle était assez confiante en elle. Après tout, elle n’avait pas eu de problème autre que ses dettes non?

Par contre, pour trouver un guide une fois arrivé, comme elle ne fait confiance à personne, elle ne prenait aucune indication pour acquis. Au moins, comme ça, personne ne la trompait sûr où aller, mais quand même. La demoiselle à démarche « féline » finit par prendre simplement en filature des groupes un à un, après le troisième elle finit par avoir l’information. Vous voyez qu’on n’a pas besoin de parler avec cet être immonde pour s’en sortir. En plus, là, ce n’était même pas un humain qui la guiderait, mais un raton-renard alors c’était tout bon, elle pourrait lui faire confiance comme ce n’est pas un humain! Cependant ils eurent un léger débat sur sa manière d’avoir approché les choses, à éviter le contact et communication avec « ses pairs ». Après un moment où elle ne savait plus trop quoi dire, elle partit en boudant pour au moins deux heures avant de ce calmer et de revenir vers ce raton-renard, disant qu’elle tâcherait d’un peu plus de communiquer avec les autres si besoin est, mais ajouta qu’elle était beaucoup plus à l’aide a travailler seule, et donc seule elle sera pour l’examen. Le guide finit par accepter son point de vue sur la chose, mais lui conseilla de faire un effort, car être un hunter signifie souvent avoir quelques relations par-ci par-là et de parlementations. Mais comme c’est l’aspect argent qui intéresse le plus Eldy, elle lui répondit qu’elle n’en avait pas besoin et qu’elle fera avec. Un soupir de la part du guide plus tard et il lui montra le chemin jusqu’à la ville de Zaban, jusqu’à la bâtisse pour la première étape de l’examen des Hunter!

La jeune Mayora dû patienter un peu, car elle fut arrivée environ dans la moitié du groupe de participant. Observant avec toujours autant de dégoût ses confrères, le seul humain qu’elle pouvait sentir était Eileen, les autres devait gagner sa confiance de A à Z si elle voudrait bien moins les haïr… Après un moment, la première étape commença. L’hunter responsable de l’épreuve avait abordé la filature, comment ça peut être crucial à plusieurs occasions. Traquer des bandits, chasser des créatures rares et méfiantes, ou simplement pour retirer des infos tranquillement, il faut des hunters discrets. Eldy eut un sourire en coin et un gain un peu trop important de confiance en soit. Elle se disait avoir déjà gagné, comme elle ne fait que ça dans la nature, se faire discrete pour chasser. Même les animaux les plus difficiles à attraper de la régions ne lui échappent pas! Alors pourquoi s’en faire, ça sera du gâteau! C’est alors que la salle où les participant se trouvaient se révéla être une prison, ceux-ci séparés en « groupe » de quelques cellules. Le changement fit faire un petit saut à Eldy, qui n’aimait pas du tout l’idée d’être enfermée… Elle observa la salle, les barreaux, puis ses « collègues »… Aucun ne se démarquait vraiment, dans son petit « groupe » du moins, puis elle retourna à ses observation de la pièce, ignorant les paroles des autres, elle fera son examen seule qu’elle a dit, c’est bien ce qu’elle compte faire.

Sortant un petit couteau de sa poche, elle tapota un peu les barreaux un a un pour les vérifier, rien de bien spéciaul, du métal normal à première vue. Eldy soupira légèrement, puis s’effondra, certains de son groupe allèrent voir si elle allait bien, surpris, faiblement inquiets et si naïfs. Elle faisait semblant, et son plan était des plus simples, autant commencer par ça, si ça ne marche pas tant pis.Sur ce, elle se mit a geindre faiblement, de fausse douleur, demandant de l’eau et se tortilla légèrement. Ce n’était pas l’attention de ses collègues qu’elle voulait, mais des gardes, ou de l’examinateur de sorte qu’ils viennent ouvrir leur porte. Cependant on lui fit comprendre bien vite que ça ne marchera pas. Que si les participant ne sont pas en formes, ils n’auraient pas du venir. Elle se releva d’un bon en se plaignant un peu, se servant d’un homme près d’elle comme appuit à se relever pour l’ignorer par la suite. Elle eut quelques regards, mauvais ou non, qu’elle ignora encore, ce qui lui valut quelques commentaires. Si la ruse ne marchait pas, alors le talent fera son boulot. Eldy alla à la porte, poussant ceux qui se trouvait devant a chercher comment l’ouvrir et observa un peu la serrure. Puis elle « emprunta » de force le bout de métal qu’un tenait pour la tailler avec son propre couteau et tenta à son tour de crocheté la serrure qu’elle réussit en moins de deux. Un talent de développé comme les autres quand elle commençait à sortir de la forêt. Cependant, elle n’ouvrit pas tout de suite, se valant quelque grognement et autre de ses « compagnons » de cellule à nouveau, dont un s’impatienta et alla pour la dégager histoire de sortir.

Le moment où sa mains fut à un centimètre d’elle, Eldy se tourna et le regarda sauvagement, le regard noir avec une ferme intention de le tuer si il osait la toucher. Son intention fut telle que presque tout le groupe recula d’au moins un pas, alors que Eldy elle, fixait l’homme d’un regard plus que mauvais, tel que le grand gaillard tomba à la renverse. Après un moment de silence et d’attente, la jeune femme « sauvage » se reconcentra sur la porte. Ce petit moment de confrontation fut assez long pour ce qu’elle attendait, parfait. Un des gardes était juste devant leur porte à patrouiller, furtivement. Elle ouvrit la porte en la refermant derrière elle, laissant les autres à l’intérieur puis frappa à la nuque du ledit garde. Ce ne fut pas assez pour l’assommer complètement, mais le genou au menton et le balançage sur les barreaux tête première eux, oui. S’étirant gracieusement, Eldy observa plus en détail le reste de la pièce et poursuivis son « échappatoire », seule. Cependant elle ne fut pas aussi chanceuse sur le reste du trajet et se fit prendre par les gardes à plusieurs reprises, retournant à la case départ de nombreuse fois, alors que son groupe s’amincissait, et même changeait quand ils n’étaient pas assez nombreux. Elle avait beau être douée en forêt, ce n’était pas tout à fait les mêmes méthodes qu’une évasion, et sa confiance en soi surélevée ne l’a pas aidé a bien calculer ses actes. Néanmoins, cela fut une bonne leçon et elle finit par déjouer les gardes à force de revenir au point de départ, et « s’échapper » pour finir le premier round d’examen une fois qu’elle se fut calmer alors qu’elle était frustrée de voir que plusieurs de ses misérable ‘humain’ avait réussit avant elle. Tant de haine…

Plus posée, plus sérieuse, et moins à se surestimer, Eldy continua l’examen avec concentration. La prochaine fut une épreuve d’endurance toute simple qui était que d’attendre que le temps imparti s’écoule, cependant, l’endroit changeait violement de température et pas des douces. Un froid mordant et une chaleur écrasante était présent à tour de rôle, et ce n’était même pas le fait qu’il fasse ultra chaud ou froid qui faisait évanouir les participant, mais le changement qui causait des maux importants à leur corps. Eldy eut plutôt misère à endurer ceci, mais étant habituée à ne pratiquement rien porter même les jours de froid, ou même quand elle était enfant, n’ayant pas de manteau et autre pour pouvoir se protéger de la température elle tint de force. Puis, malgré sa démonstration de caractère, un de ceux qui se trouvait dans sa cellule lui proposa une tisane de plante spéciale, qui isole un peu la température du corps, mais qui avait quelques effets secondaires. Elle fut retissante un moment, mais sentait qu’elle n’allait pas tenir bien longtemps dans tous les cas. La femme prit donc ce qu’on lui offrait, sentant un peu la boisson pour être sûre, ne sentant rien de toxique, elle but d’une traite. A part le gout immonde que cela pouvait avoir, elle sentit sa température se calmer un peu. Elle avait toujours super froid, mais ne sentait plus trop le froid de la salle en lui-même. L’homme se présenta, mais elle ne l’écouta même pas, trop occupé a se concentré pour réguler la température de son corps, alors que juste après, la température changea à nouveau, et la nausée qu’elle avait normalement était beaucoup moins pire, c’est que ça marchait bien cette plante!

Après un certain temps de silence et d’endurance, la plante faisait effet mais ce n’était pas non plus une protection à 100%, Eldy alla voir l’homme et le remercia, très brièvement, avant de retourné dans un coin tranquille. Elle venait de remercier un homme, erk, mais il l’avait bien aidée donc bon… Le temps enfin imparti, les participants, bien diminués en nombre déjà, allèrent à la prochaine étape. C’est ainsi de suite, après sept épreuves au total que l’examen fut enfin terminé, et Eldy fut dans ce groupe « d’élus ».  Elle reçu la fameuse licence et, dans les premiers instants d’explications, fut tentée de la vendre directement en faite… Vivre dans le luxe sans à avoir besoin de se soucier de l’argent? Mais c’était tout le contraire de ce qu’elle avait vécu, c’était son remède, son moyen salvateur! Mais elle avait promit à Eileen qu’elle allait devenir hunter, alors elle gromnela un peu dans son coin avant de mettre la carte dans son soutif, pas question qu’on lui fasse les poches et qu’elle la perde après tout. Puis, ce n’était pas si mal de la garder, et le boulot qu’elle pourrait faire grâce à celle-ci pourrait bien lui rapporter gros également non? La jeune Mayora attendit impatiemment que les explications furent faites pour enfin rentrer chez « elle », plus spécifiquement, chez Eileen. Après bien des ronrons contre la jeune barwoman, son entrainement au Nen débuta. Avec l’astuce du verre d’eau, elles découvrirent que la jeune ‘féline’ était du type de la manipulation. C’est surprenement vite qu’elle réussit à utiliser sa capacité comme elle l’avait imaginée, comme elle l’avait fait à l’âge de dix-huit ans pour s’enfuir de son calvaire. Eldy utilisa son Nen de manipulation pour faire ses molécules voyager à travers l’espace avec suffisamment de visualisation et de concentration, la jeune demoiselle s’était tout d’abord téléporter dans le bar d’Eileen, le détruisant en partit et elle intact, quoi que la jambe coincé dans le bois qui l’entourait. Après quelques dommage collatéraux, Eileen amena Eldy dehors pour continuer, ne voulant pas se ruiner à la tâche.

Eldy fut donc assez chanceuse, car l’épreuve « cachée » lui avait été proposer avant même de commencer, elle était donc une Hunter professionnelle à part entière maintenant, et son seul but, était de s’enrichir, de s’enrichir jusqu’à ce qu’elle n’est plus besoin de penser à ses dépenses, jusqu’à ce qu’elle ne craigne plus de revivre dans la pauvreté et de devoir rendre « service » à ses « messieurs », jusqu’à ce qu’elle puisse enfin avoir une vie « normale »…


Marionnettiste.

Admin-fondateur depuis bien une dizaine d'années et plus, RP-eur depuis plus encore. Vous êtes entre de bonnes mains~
Ps- ♂



~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Thème :
| Principal |
| Eileen~ <3 |

avatar
Eldy Mayora
Single Hunter
Neko-Neko


Messages : 287
Niveau RP : Agréable, j'imagine
Age IRL : 26
Emplacement : Argent?

Voir le profil de l'utilisateur http://reborn-rpg.pureforum.net/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum